WEST COAST

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

WEST COAST

Message  Kalidas le Ven 21 Juil 2006 - 20:57

Plutôt que de disperser les disques de ce courant dans la rubrique "Disques", je pensais les mettre ici.

Qu'en pensez vous ? (Chet ?)

C'est un mouvement qui n'est plus d'actualité, et vitalisé essentiellement aujourd'hui par des rééditions. Et puis il faut bien faire vivre cette rubrique "d'Histoire"

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Steven le Ven 21 Juil 2006 - 21:33

Pourquoi pas ? Et puis c'est toi le spécialiste west coast et en plus le modérateur de la rubrique : GO Kalidas GO GO !

Steven
Le Graoully
Le Graoully

Nombre de messages : 1566
Age : 30
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 04/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Invité le Ven 21 Juil 2006 - 23:06

Avis aux specialistes
1) Quelle est la définition ou les caractéristiques particulières du style WEST COAST ?.
2) Quels musiciens ou groupes en sont les plus représentatifs ?.

(Je sais ça fais un peu sujet d' exam. là non ? )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Kalidas le Sam 22 Juil 2006 - 12:43

Salut Tad,

A posteriori et au vu de ce que j’ai en magasin, je vois comme dénominateurs communs :

le lieu : la Californie,
la période : les années 50.

Et pour ce qui est de ce courant :

la plupart de ses représentants sont passés par l’orchestre de Stan Kenton,
l’écriture privilégie l’arrangement en contrepoints (influence de l’harmonie européenne), absence de notes bluesées
et pour les instrumentistes : pas d’usage du vibrato ni d’accents « sales ».

Il semble également que la Californie et son Hollywood aient agi comme pot de miel sur ces musiciens, les attirant dans les studios des productions cinématographiques où ils pouvaient, grâce à leur redoutable efficacité (lecture et transposition à vue), s’attribuer les meilleures places. Facteur économique, donc.

Ceci étant proposé, On n’est pas plus avancé. Je ne vois pas qu’on puisse aller beaucoup plus loin dans cette prudente proposition de définition.

Les musiciens les plus représentatifs, je les sortirai de ma propre discothèque, mais plus tard, fait trop chaud, ayez pitié…


Dernière édition par le Sam 22 Juil 2006 - 15:07, édité 1 fois

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Steven le Sam 22 Juil 2006 - 14:11

Je suis (dans le sens de suivre !) Kalidas.

Un bouquin (qui aurait besoin d'être réactualisé) : "[i]West Coast jazz[/i]" d'Alain Tercinet aux éditions Parenthèses (1986).

Steven
Le Graoully
Le Graoully

Nombre de messages : 1566
Age : 30
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 04/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Invité le Dim 23 Juil 2006 - 7:19

http://fr.wikipedia.org/wiki/West_Coast
Et moi qui croyait bien faire............


Il y a ça aussi: (c'est mieux)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jazz_West_Coast
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cool_jazz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Steven le Dim 23 Juil 2006 - 10:09

[quote:1bba="jerenico 34"]Il y a ça aussi: (c'est mieux)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jazz_West_Coast[/quote]
Regardez la page en anglais : [url]http://en.wikipedia.org/wiki/West_coast_jazz[/url]
Je cite : "Some jazz critics, such as French critic Hughes Panassie, looked down upon West Coast Jazz as inauthentic, due to most — but not all — musicians in the style being white."

Steven
Le Graoully
Le Graoully

Nombre de messages : 1566
Age : 30
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 04/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Kalidas le Dim 23 Juil 2006 - 10:15

C'est vrai, c'est un peu vain de se fatiguer à écrire, il n'y a qu'à se reporter à ces liens, je l'avais oublié.

sauf le 1er dégotté par jerenico

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Steven le Dim 23 Juil 2006 - 10:21

[quote:7a8c="Kalidas"]C'est vrai, c'est un peu vain de se fatiguer à écrire, il n'y a qu'à se reporter à ces liens, je l'avais oublié. :([/quote]
Merci pour ton intervention, et pour t'être fatigué à écrire.

[quote:7a8c="Kalidas"]sauf le 1er dégotté par jerenico :lol:[/quote]
Je vais arranger ça sur Wikipédia pour que l'on ne tombe pas directement sur la page Rap... ça va me prendre 5 minutes... Non mais, on va pas se laisser faire !

Steven
Le Graoully
Le Graoully

Nombre de messages : 1566
Age : 30
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 04/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Steven le Dim 23 Juil 2006 - 10:37

Ca y est. Maintenant quand vous taperez "West Coast" sur Wikipédia, vous arriverez sur [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/West_Coast]cette page[/url].


Dernière édition par le Lun 24 Juil 2006 - 12:35, édité 1 fois

Steven
Le Graoully
Le Graoully

Nombre de messages : 1566
Age : 30
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 04/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Kalidas le Dim 23 Juil 2006 - 10:58

[quote:956a="Steven"]Ca y est. Maintenant quand vous taperez "Wes Coast" sur Wikipédia, vous arriverez sur [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/West_Coast]cette page[/url].[/quote]

Merci, ô grand magicien

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Kalidas le Dim 23 Juil 2006 - 13:50

Je sais plus vraiment dans quoi je me lance, mais c'est parti !
Si je tiens le coup, il ya aura une soixantaine de disques et autant de musiciens présentés.

CHET BAKER :

[center][img]http://img139.imageshack.us/img139/57/bakerbigbandwu1.jpg[/img][/center]

[center]Sur 1, 7, 10 :
Chet Baker, Norman Faye, Conte Candoli (tp)
Frank Rosolino (tb)
Art Pepper, Bud Shank (as)
Bill Perkins, Phil Urso (ts)
Bobby Timmons (p)
James Bond (b) hé oui !
Lawrence Marable (dr)

Sur le reste :
Chet Baker (tp), Bob Burgess (tb)
Phil Urso (ts, as), Bob Graf (ts)
Fred Waters (as), Bill Hood (bs)
Bobby Timmons (p)
James Bond (b) en fait aussi alias Jimmy Bond
Peter Littman (dr)
James McKean (dr) sur 3

1 : A foggy day
2 : Mythe
3 : Worrying the life out of me
4 : Chet (écrit par Pierre Michelot)
5 : Not too slow
6 : Phil's blues
7 : Darn that dream
8 : Dinah
9 : V-line
10 : Tenderly

Du 18 au 26 octobre 1956, Los Angeles
CD Pacific Jazz

La présence de Bobby Timmons détonne dans ce collectif typiquement californien, mais c'est qu'il venait d'enregistrer avec Chet quelques mois auparavant. Il partira rejoindre peu après Cannonball Adderley et puis évidemment Art Blakey et les Jazz Messengers et jouer le hard bop que l'on sait.

Sinon, on trouve déjà ceux qui se côtoieront souvent ensemble dans ce post : Pepper (très en verve ici), Candoli, Rosolino, Shank, Perkins. A noter : les cinq se sont croisés dans l'orchestre de Stan Kenton au début des années 50 et musicalement se "sentent" parfaitement .

[/center]

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Invité le Dim 23 Juil 2006 - 14:12

Il va falloir que tu fasses tous tes posts en double, ici et section disques

sinon tu mets tout dans disques et tu renvoies les liens par ici

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Kalidas le Dim 23 Juil 2006 - 22:19

et le contraire, c'est pas mieux ?

les présentations toutes regroupées ici dans le thème West Coast et les renvois aux liens dans la rubrique "les disques", l'avantage étant de retrouver tout regroupé sous "West Coast" ?? Qu'en penses-tu ?

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Invité le Lun 24 Juil 2006 - 6:41

Ben oui et non. Si tu places toutes les présentations dans le même topic, c'est pas récupérable sur l'index: obligé dans ce cas de copier/coller chaque sujet sur la section disques
Si chaque sujet est présenté dans un post différent, pas de problèmes. A toi de voir

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Invité le Lun 24 Juil 2006 - 12:12

Steven à écrit:
[quote]Merci pour ton intervention, et pour t'être fatigué à écrire.[/quote]
J'adhère à 100%. On peut toujours aller voir les sites proposés mais ça ne vaut pas un avis personnels (surtout celui de Kalidas) sur la question.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Kalidas le Lun 24 Juil 2006 - 16:14

TED BROWN : Free wheeling

[center][img]http://img332.imageshack.us/img332/6337/tedbrowndb5.jpg[/img][/center]

[center]Ted Brown (ts) est l’un des représentants de la famille tristanienne (Lennie Tristano, pianiste), l’autre étant celle issue des rangs de celle de Stan Kenton, les deux ayant fourni le meilleur de la [b]WEST COAST[/b], mais sachant que l'une et l'autre se sont souvent partagé les mêmes effectifs (ici, Art Pepper, plutôt kentonien, se joint à des tristaniens), j’insère ici cette branche dans le courant général de la [b]WEST COAST[/b] pour simplifier les données (tu parles, Charles) car les musiciens tristaniens ont été, aussi, grosso modo, ceux qui ont été à l’origine de ce que l’on a appelé le « Cool Jazz ».

Et puis aussi parce que sinon je deviens dingue, m’en sors plus moi, voilà !!

Donc, un enregistrement qui est resté longtemps inaccessible et qui avait la réputation d’être une session culte de Ted Brown (culte, parce que rare, Ted Brown n’ayant que très peu enregistré, et souvent citée par les privilégiés qui possédaient ce disque, alors qu’aujourd’hui n’importe quelle sous-merde devient culte parce qu’elle s’est bien vendue ou qu’elle a plu au grand public, le terme est devenu un argument de marketing en dehors de toute considération de qualité, je m’égare mais c’est plus fort que moi).

Toujours ce souci des arrangements en lignes mélodiques qui se croisent et se décroisent, les parties souvent supérieures au tout, mais quand ce tout est sublime, c’est toujours le cas, on se laisse emporter, on touche à la perfection (« Once we were young »).
Brown, Marsh et Pepper, il faut les entendre construire ces exposés de thèmes en parfaite télépathie. Sur les chorus, Art Pepper se démarque à tout point de vue, son background étant différent, de Brown et Marsh qui, eux , sont tellement complémentaires dans leur jeu et leur sonorité, ça relève du prodige, qu’il est difficile de les distinguer.

Rythmique tristanienne, pianiste disciple de Tristano, et batteur s’effacant pour n’assurer qu’un rôle ingrat, mais ô combien difficile à maintenir, de support métronomique, la règle chez Trsitano, mais avec quelle grâce et légèreté.

Aretha
Long Gone
Once we were young
Foolin’ myself
Avalon
On a slow boat to China
Crazy she calls me
Broadway
Arrival

Ted Brown (ts)
Warne Marsh (ts)
Art Pepper (as)
Ronnie Ball (p)
Ben Tucker (b)
Jeff Morton (dr)

21 décembre 1956

CD Vanguard Records
[/center]


Dernière édition par le Dim 6 Aoû 2006 - 10:36, édité 2 fois

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Kalidas le Mar 25 Juil 2006 - 18:27

CONTE CANDOLI : Modern sounds from the West

[center][img]http://img128.imageshack.us/img128/35/candoliqt3.jpg[/img][/center]

[center]Conte Candoli (1927-2001) est un des plus solides trompettes piliers de la West Coast. Il serait plus rapide de dire avec qui il n’a pas joué que l’inverse. Est passé par Stan Kenton bien sûr. Puis par toute une série de big bands, le Woody Herman, le Charlie Ventura, le Charlie Barnett, plus tard le Terry Gibbs (terrifiant big band aussi), le Gerry Mulligan, et a joué aussi dans des combos emblématiques de la West Coast, ceux d’Howard Rumsey et de Shelly Manne par exemple (Shelly Manne at the Manne’s Hole, que j’ai présenté ailleurs). Rompu à toutes les situations, il est aussi un excellent bopper.

Sonorité moelleuse, chaleureuse, (rappelle parfois celle de Chet, beaucoup ici en un poil plus nerveux) en petit comité, mais sait faire exploser le biniou dans des aigus puissants, notamment lorsqu’il joue en big band.

Ici, autour de Candoli, vous retrouverez une partie des fines lames de la West Coast :

1~4 :
Conte Candoli (tp)
John Graas (frh) (c’est-à-dire le cor d’harmonie : l’une des marques de la west coast est l’utilisation fréquente d’instruments typiquement "classiques")
Charlie Mariano (as) superbe altiste bien tranchant, et bien nerveux)
Marty Paich (p) (exceptionnel compositeur et arrangeur du courant)
Monte Budwig (b)
Stan Levey (dr)

5~8 :
Conte Candoli (tp)
Buddy Collette (as, fl) un de ces rares blacks de la West Coast
Jimmy Giuffre (cl, ts, bs) (l’un des fondateurs du mouvement)
Gerald Wiggins (p)
Howard Roberts (g)
Curtis Counce (b) (idem Collette)
Stan Levey (dr) (le rival de Shelly Manne)

9~12 :
Conte Candoli (tp)
Hank Jones (p)
Barry Galbraith (g)
Milt Hinton (b)
Osie Johnson (dr)

13~16 :
Harry Edison (tp)
Herb Geller (as)
Bob Enevoldsen (vtb, ts) (trombone-valve et sax ténor, agaçant le garçon !!)
Lorraine Geller (p)
Joe Mondragon (b)
Larry Bunker (dr)

Entre 54 et 56 à Hollywood, mais la session avec Hank Jones, elle, réalisée à NYC en 56, montre que les frontières entre westcoasters et eastcoasters sont souvent bien théoriques.

CD LoneHill Jazz 10166[/center]

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Bob Cooper : The music of Bob Cooper : "Coop !"

Message  Kalidas le Dim 30 Juil 2006 - 19:50

[center][img]http://img159.imageshack.us/img159/6937/cooperpy6.jpg[/img][/center]



[center]Bob Cooper (1925-1993), dit « Coop », est un musicien qui a participé à toutes les grandes aventures de la [b]West Coast,[/b] resté chez Stan Kenton plusieurs années (entré à 20 ans !), on le retrouve ensuite chez Shorty Rogers et Howard Rumsey entre autres, et non des moindres.

Fin technicien du ténor, à la sonorité mâtinée d’une (bonne) pincée de Zoot Sims et d’un zeste d’Al Cohn, il excelle dans le diaphane sur les ballades (« Day dream »), excellent arrangeur de surcroît (on n’est pas kentonien pour rien), comme ici avec ce « Jazz theme and four variations » de 23 minutes où l’on retrouve Conte Candoli et son frangin Pete avec Don Fagerquist aux trompettes, et Frank Rosolino, le fabuleux, le très grand tromboniste (que je mets largement au-dessus de ses pairs). Coop joue sans vibrato, ni surcharge d’effets, pas d’expressionnisme dans sa pâte sonore, l’émotion se situe ailleurs, dans le je ne sais quoi de détaché, dans la superbe logique de ses phrases, qui font mouche sans avoir l’air d’y toucher, dans les placements, faciles, de ses accélérations (« Frankie & Johnny »).

La rythmique est irréprochable (mention spéciale pour le pianiste Lou Lévy), Vic Feldman est au vibra.

(Bien qu’il n’en joue pas ici, Coop est aussi un très rares spécialistes du hautbois)

Los Angeles, août 1957
CD Contemporary, OJC 161


[/center]

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Coolins, Dick : Horn of plenty

Message  Kalidas le Dim 6 Aoû 2006 - 14:35

[center][img]http://img396.imageshack.us/img396/486/collinscr8.jpg[/img][/center]

[center]COLLINS, Dick :

Inconnu au bataillon du Dictionnaire du Jazz, Richard Collins (1924 - ????), est un solide trompettiste de la West Coast, qui a joué avec Charlie Mariano, Nat Pierce, Cal Tjader, dans les big bands de Les Brown et de Woody Herman, pas mal tourné avec Paul Desmond et croisé le fer avec tout ce qui se faisait de mieux sous le ciel béni de la Californie des années 50.

N’a sorti que deux albums sous son nom. Celui-ci, son premier, a été enregistré lors d’une tournée à New York, mais il s’agit bien d’une perle West Coast.

Le superbe velouté des saxes, en formule concerto derrière Collins, sur un « Angel eyes », merveille d’équilibre et de souplesse qui se confirme tout au long des plages, le travail d’harmonisation, (particulièrement brillant sur « What a little moonlight can do ? »), des lignes de saxes étant un régal permanent (Nat Pierce et Al Cohn se partagent les arrangements).

En fait, ce disque est un parfait exemple de ce que devrait être une section d’anches quant à la maîtrise des volumes, des nuances, et de l’homogénéité des timbres. Et en réalité, les 5 lascars, « The Runaway Herd », sont depuis longtemps rompus à toutes les ficelles du métier (ils sont les avatars, à part deux d’entre eux, des fameux Four Brothers du big band de Woody Herman) et annoncent, dans l’esprit, ce que sera le groupe Supersax ( par exemple « Supersax play Bird »).

Les interventions de Collins, trompette à la chaleureuse sonorité aux fragrances de sous-bois, sa prédilection pour le registre médium et grave du cuivre, sont de beaux déroulés sur tapis de soie, au lyrisme sobre, et « bien tempéré », -oui, c’est possible : Chet Baker-, et découlent de choix de solutions harmoniques à l’évidente logique, très naturelles, (la note juste au juste moment) et d’un phrasé relax mais, attention, sans mollesse aucune, les notes toujours superbement posées (j’oserais presque penser, chez Collins, à un croisement Armstrong-Baker). C’est aussi cela, la marque West Coast, ce don de jouer dans le raffiné toujours sans avoir l’air d’y toucher.


I’d know you anywhere
Angel eyes
Tricky Dick
Stairway to the stars
Very shifty
Just as you are
What a little moonlight can do
My one and only love
No soap !
The long night
Why was I born
Please don’t talk about me when I’m gone

Dick Collins (tp)
Dick Hafer, Al Cohn (ts)
Bill Perkins (fl, ts)
Med Flory (as)
Jack Nimitz (bs)
Nat Pierce (p)
Red Kelly (b)
Chuck Flores (dr)

NYC, May 1954

CD RCA

[/center]

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Steven le Lun 7 Aoû 2006 - 11:30

Quels superbes albums tu nous mets là Kalidas !!! Ne t'arrête pas, c'est une trace pour les générations futures !

Steven
Le Graoully
Le Graoully

Nombre de messages : 1566
Age : 30
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 04/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Kalidas le Jeu 10 Aoû 2006 - 22:12

Oui Steven,

Je fais une pause jusqu'à la fin août, sauf envie irrépressible.

Je viens d'apprendre, grâce à Libé, que l'expression " bien tempéré", chez Bach signife en fait, je cite : "qu'il utilisait un tempérament ([i]un calcul des intervalles[/i]) permettant toutes les transpositions", une sorte de martingale musicale, quoi! Donc, rien à voir avec l'expressivité comme je le croyais, dans ma présentation de Dick Collins.

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Fagerquist Don : Eight by eight, Music to fill a void

Message  Kalidas le Lun 14 Aoû 2006 - 23:56

[center][img]http://img218.imageshack.us/img218/7502/fagerquistzp6.jpg[/img][/center]

[center]Le dictionnaire du jazz ne renvoie en conclusion que sur 2 enregistrements de Don Fagerquist (1937-1974), l’un sous son nom, ce disque, et l’autre une participation en sideman sur l’album signé par Hoagy Carmichael (l’auteur de l’immortel « Skylark » entre autres standards) et ça tombe bien : j’ai les deux, [size=9]ce qui n’est pas le cas de ma belle-soeur[/size]. Les auteurs (Xavier Delors et Jean-Louis Chautemps) concluent leur dythirambique et quasi baudelairienne présentation du trompettiste par ceci : « Beauté au bord du gouffre ».

Ils n’insistent pas, avec ce « Eight by eight », sous-titré « Music to fill a void », le seul enregistrement disponible de Fagerquist (à l’exception d’une demi face de LP, en nonette, combinée à une autre de Dave Pell que je présenterai également), sur les splendides arrangements dûs à la plume de Marty Paich (arrangeur majeur de la West Coast), qui tient aussi ici le piano et dont je parlerai aussi le temps venu. Précisons que Don Fagerquist a participé à une foultitude d’enregistrements en section big band ou en plus petits comités en Californie et ailleurs, ce qui explique peut-être qu’il n’ait que si peu enregistré sous son nom.

C’est sur un « Smoke gets in your eyes » de rêve, (l’utilisation du cor par Marty Paich dans les parties d’ensemble est fantastique) que Fagerquist se révèle superbe, tout de retenue et de finesse mélodiques, avec des phrases fluides, allongées à l’extrême, savamment construites (un « Esay living » à la superbe expressivité) en toute décontraction, permises en cela par un contrôle de l’attaque et de l’émission parfaitement dosées sur tout le registre de l’instrument. Une sonorité lumineuse, et à mille lieues de toute mièvrerie, (encore sur « Easy living ») au service d’un tempéramment très affirmé (son entrée en matière a capella sur « Easy to love) une imagination mélodique sans faille, mais c’est pas dieu possible, il va se casser la figure, le « gouffre », se perdre, et bien non jamais, voilà un très grand musicien. Un petit joyau de disque de trompettiste magnifiquement ciselé par Marty Paich. Un des fleurons du genre.

Mention spéciale pour Herb Geller, l’alto de cette session, qui accomplit un travail de première force (j’y reviendrai aussi).

Aren’t you glad you’re you
Easy to love
Smoke gets in your eyes
All the things you are
The song is you
Time after time
Easy living
Lullaby of Broadway

Don Fagerquist (tp)
Bob Enevoldsen (vtb)
Herb Geller (as) (admirable alto !)
Ronnie Lang (bs)
Vince DeRosa (frh)
Ed Leddy (tp)
Marty Paich (p)
Buddy Clark (b)
Mel Lewis (dr)

CD V.S.O.P. #4, Septembre 1957, Hollywood


[/center]


Dernière édition par le Mar 15 Aoû 2006 - 0:08, édité 1 fois

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Invité le Lun 14 Aoû 2006 - 23:58

ben mon vieux

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Ferguson, Maynard : I have but two horns : Plays Bill Holman

Message  Kalidas le Jeu 14 Sep 2006 - 23:08

[center][img]http://img89.imageshack.us/img89/5731/fergusonbj9.jpg[/img][/center]

Et comme souvent, chez les musiciens de la West Coast, Maynard Ferguson (1928-2006) pratiquait la polyvalence instrumentale : hormis la trompette, son biniou dominant, il maîtrisait aussi bien le trombone à pistons, le sax baryton que la clarinette et le hautbois. Cette insolente technique m’a toujours énervé.

Par-dessus le marché, Maynard Ferguson s’est révélé très tôt, chez qui, devinez ? Stan Kenton, un spécialiste du sur-aigu, assurant les mêmes partitions que celles de ses voisins de pupitre mais écrites une octave plus haut…On parle alors de trompette stratosphérique (Ferguson a même sorti un album en 54 intitulé « Stratospheric »). Cette étiquette, justifiée malgré tout, l’a si bien poursuivi qu’elle a suffi à le cataloguer définitivement dans la catégorie phénomène de cirque et ça, c’est injuste. La preuve :

Ce double CD regroupe le meilleur en studio des années 55 et 56, l’album «Around the Horn» et «Maynard Ferguson Octet », à l’origine sortis chez Emarcy. La majeure partie des arrangements est due à Bill Holman, le spécialiste de l’écriture en contrepoint, aux lignes tournant autour du thème, le suggérant et procurant ainsi cette sensation d’élargissement et partant d’aération de la dimension orchestrale. Bill Holman, superbe joueur de ténor par ailleurs est, avec peut-être Marty Paich, l’un des meilleurs arrangeurs de jazz de la West Coast, et du Jazz tout court.

Les formations se composent du meilleur de la crème, entre autres : Conte Candoli (tp), Buddy Childers (tp), Milt Bernhart (tb), Herb Geller (as), Bill Holman et Georgie Auld (ts), Bob Gordon (bs) ou Bud Shank (bs ! également), Shelly Manne (dr), aux basses : Red Callender, Red Mitchell et, et…chut !

Je vais pas vous faire les 25 morceaux, mais on peut retenir dans la première partie, un chorus magique de Bob Gordon, troublant de mimétisme lesterien (à la Lester Young), sur le très basien « Inter-space », puis, du même, une approche toute chalofienne (Serge Chaloff), c’est tout aussi étonnant, sur « Super-G ». Dans la seconde partie, postérieure, la basse est tenue par Mister Ray Brown en personne sur les huit premiers morceaux. L’orchestre se lâche véritablement, porté par la puissante présence de Brown, Gary Frommer aux drums, et l’architecture de Bill Holman, c’est flamboyant, souple, implacable. Tout est magnifique de swing, les solistes (Herb Geller, incisif, concis, sur « Life ain’t it grand ? » toujours grandiose), l’homogénéité des ensembles trompettes et des saxes, ces derniers splendides, à la Four Brothers, sur « Dancing nitely », et la pulse bien élastique sur des tempis parfois redoutables.

Et Maynard Ferguson, le leader, car il s’agit bien aussi de lui, nous sert des interventions brillantes à la dynamique bien calibrée, sans jamais abuser du sur-aigu, ou alors toujours très à propos, et nous prouve qu’il savait être un trompettiste (et tromboniste) à la palette sensible et complète. Sonorité pleine, avec une belle brillance, phrases au tempo intérieur démultiplié par un usage choisi des appogiatures (petits coups de triolets d’ornementation, en croches, doubles-croches) et du vibrato notamment sur les ballades, autant de subtiles et bénéfiques entorses à l’esthétique habituelle californienne.

Hollywood, 1955-1956, double CD Fresh Sound Records FSR 2209, sorti en 2005


Dernière édition par le Mar 3 Oct 2006 - 21:41, édité 1 fois

Kalidas
Jazzayatollah
Jazzayatollah

Nombre de messages : 3824
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/11/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: WEST COAST

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:32


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum