hank mobley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

hank mobley

Message  gaston le Mar 29 Avr 2008 - 17:12

Je viens de terminer ( c'est une lecture très rapide :160 pages toutes mouillées ) l'essai de derek ansell sur hank mobley, seul bouquin à ma connaissance consacré, jusque là, à l'ami Hank.

Ceux qui se souviennent de mon ( quasi ) défunt blog se remémoreront que j'avais commencé une tentative de description de la carrière d'hank mobley, tentantive avortée pour 3 raisons : ma flemme congénitale, l'absence de véritables renseignements vivants sur sa vie et au final l'annonce de la parution en avril de ce bouquin.

Lecture faite le débonnaire ansell n'en sait pas plus que moi. La vie de hank, et singulièrement les 15 dernières années de sa vie demeurent un mystère total. Ansell en est réduit ( comme moi ) à exploiter les « liner notes «  de ses ( heureusement ) nombreux albums, chez blue note essentiellement, deux interviews données en tout et pour tout, une à val vilmer de melody maker et une à down beat en 73.

les explications de cette incroyable obscurité pour ce musicien unique par son originalité et son abondante production sont diverses.

Évidemment le style de hank était très loin de la flamboyance de ses contemporains du même niveau, rollins et coltrane. Idem pour ses ainés comme dexter gordon. De plus , hormis à charlie parker, comme tout le monde, il ne se rattachait réellement à aucune école. Pourtant ce musicien qui a joué avec miles, monk, ellington, dizzy, art blakey et créé une oeuvre considérable est toujours resté dans l'ombre.

Une autre explication tient sans doute à sa personnalité, extrêmement introvertie. Une anecdote que nous révèle ansell est significative. Lors de ses passages en club, après les sets, au lieu de rester avec les autres musiciens, hank se réfugiait dans sa vieille buick sur le parking et ne revenait que pour jouer. Évidemment ça ne facilite pas le business.

De fait il n'a jamais dirigé, autrement que sur disque, d'orchestre, il en était incapable.

D'autres musiciens ont connu ce type de trajectoires ( pepper, chet baker, bix ) mais ils étaient blancs et donc pouvaient endosser le costume de héro romantique. A l'époque, pour les noirs , ce costume n'existait pas.

Quoiqu'il en soit revenons au bouquin; il faut le lire bien sur.Ansell est pénétré de l'idée de l'importance considérable de hank mais, hormis des analyses techniques et/ou artistiques de son oeuvre, vous n'en apprendrez pas plus.

Cedar walton avance l'idée que, au début des années 70, hank conscient de son incapacité à survivre musicalement dans le monde free jazz/ fusion est allé se cacher à philadelphie pour ne pas monter sa déchéance à new york.

[b]workout- the music of hank mobley- par derek ansell - northway publications.[/b]

gaston
Contaminé
Contaminé

Nombre de messages : 498
Age : 70
Localisation : tours
Date d'inscription : 05/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://gaspacho-in-the-night.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: hank mobley

Message  captainbop le Mer 30 Avr 2008 - 6:02


captainbop
Bouquiniste de bon aloi
Bouquiniste de bon aloi

Nombre de messages : 697
Age : 71
Localisation : Au soleil
Date d'inscription : 18/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: hank mobley

Message  Barney le Mer 30 Avr 2008 - 9:27

Ceux qui se souviennent de mon ( [b]quasi ) défunt [/b]blog


qué ?

Barney
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1128
Date d'inscription : 14/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/Leboc

Revenir en haut Aller en bas

Re: hank mobley

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:32


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum