RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Gromit le Dim 18 Mai 2008 - 12:28

Lu sur le site de Jazz Corner, la disparition du vibraphoniste Walt Dickerson, d'un arrêt cardiaque a l'âge de 77 ans.

Je ne connais qu'un seul album sous son nom, de 1961.

Kalidas avait attiré mon attention sur ce musicien.


avatar
Gromit
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 1949
Age : 70
Localisation : Banlieue Sud
Date d'inscription : 05/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.flickr.com/photos/gromit2011/

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Duppy le Dim 18 Mai 2008 - 14:39

Comme toi Gromit. C'est Kalidas le spécialiste du bonhomme ici.
avatar
Duppy
JazzMan
JazzMan

Nombre de messages : 1769
Age : 55
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 12/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://randomizm.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Steven le Dim 18 Mai 2008 - 16:14

Je confirme

Voilà le mail qu'Andrew Cyrille a envoyé à ses contacts il y a deux jours :

[quote]To all concerned:

I was asked to inform you of the regrettable death of vibraphonist, Walt Dickerson, by his beloved wife, Elizabeth. Walt passed away on May 15 from cardiac arrest. He was 80 years of age and lived in Willow Grove, PA.

In sympathy,
Andrew Cyrille [/quote]
avatar
Steven
Le Graoully
Le Graoully

Nombre de messages : 1566
Age : 31
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 04/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Steven le Dim 18 Mai 2008 - 16:18

C'était un musicien incroyable, qui n'a jamais eu la place qu'il méritait pour son jeu innovant au vibra. Son album "To my Queen" avec Andrew Hill est un chef-d'œuvre, et son "Impressions of a Patch of Blue" est un des rares disques où Sun Ra apparaît en tant que sideman. Il y a quelques années il devait enregistrer un album en duo avec Cecil Taylor, projet qui ne s'est jamais concrétisé...
avatar
Steven
Le Graoully
Le Graoully

Nombre de messages : 1566
Age : 31
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 04/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 9:56

Je réveille ce sujet ancien pour en rajouter une couche à propos de Walt Dickerson, dont j'ignore pourquoi il ne fut pas cité parmi les grands du vibraphone 'moderne'. Né en 1928, son âge le situe entre Milt Jackson (1923) et Bobby Hutcherson (1941). Comme d'autres, je ne connaissais que son album de 1965, [i]A Patch of Blue[/i], en quartet avec Sun Ra au piano, au milieu d'une production discographique qui commence en 1961 et s'achève en 1982, avec une décennie de silence entre 1965 et 1975. On trouve un enregistrement radio dès 1954.
Voici cette [b]discographie[/b] > http://www.jazzdiscography.com/Artists/Dickerson/wd-disc.htm

[center][img]http://3.bp.blogspot.com/-SDhFvxFku5I/T5F86z1z9vI/AAAAAAAAASE/RFHJegbEeE0/s510/walt.jpg[/img][/center]

Autant ses disques se sont fait rares dans les bacs à l'époque où j'y farfouillais - je n'ai pas vérifié aujourd'hui les rééditions -, autant les extraits vidéos donnent la dimension de ce maître parmi les maîtres.

[url=http://www.google.fr/search?tbm=vid&hl=fr&source=hp&biw=1536&bih=764&q=walt+dickerson&gbv=2&oq=walt+dickerson&gs_l=video-hp.3..0.1700.6035.0.6667.14.6.0.8.8.0.9.22.6.6.0....0...1ac.1.24.video-hp..0.14.31.Lt-uoOQ9wtA][u]Sélection Google vidéos[/u][/url]

Son style, qui tient de tous les autres, est pourtant des plus originaux, des plus novateurs, et je suppose que son influence fut importante sur des musiciens plus jeunes, par exemple Steve Nelson (compagnon de Dave Holland).

Sa singularité tient d'abord de sa technique : « [i]Dickerson's methodology on his instrument was largely unprecedented. // Rather than employing felt mallets like his peers Dickerson preferred rubber ones. In addition he chose to grip his sticks much closer to the heads [/i][voir la photo ci-dessus] [i]and made only sparing use of the vibraphone's motor. Each of these eccentricities resulted in far less vibrato and sustain and a more metallic sound in his playing. [/i]» (source [url=http://www.onefinalnote.com/features/2000/dickerson/][u]Derek Taylor, 2000[/u][/url]). Mais au-delà, ce qui (me) frappe chez lui - en plus des mailloches - c'est son approche musicale, l'équilibre entre dimensions mélodiques et rythmiques, un sens de la respiration et un phrasé qui n'ont rien à envier aux frères soufflants, saxophonistes, trompettistes... Pas un hasard s'il fut surnommé le Coltrane du vibraphone...

[b]Petite ballade vidéo-disque[/b]

1961, [i]The Cry[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=jBUydPutJgU, à noter, sur le drumming ensorcelant d'un autre nouveau venu, Andrew Cyrille, l'alternance de longues phrases virtuoses avec des traits hyper rapides, plus percussives que celles de Milt Jackson, et de notes tenues au moteur.

[center][img]http://images.hhv.de/catalog/old_detail/00170/170762.jpg[/img][/center]

1961, du même album, [i]This is Walt Dickerson[/i], une ballade, [i]Elizabeth[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=SzaLIxA5eg8, le phrasé est ici plus proche de celui de Milt Jackson, mais sans l'approche bluesy qui est sa marque de fabrique.

[center][img]http://www.vinyl.com/covers/LPNJAZ8283.gif[/img][/center]

En 1962, Dickerson est entouré de musiciens plus connus pour ce mag(nif)ique [i]To My Queen[/i] : Bass -- George Tucker, Drums -- Andrew Cyrille, Piano -- Andrew Hill > http://www.youtube.com/watch?v=2J8sMq1ath4 Le tempo suspend le temps si bien que même quand il est doublé, on est encore en ballade - une ambiance à la Shirley Horn. Dickerson joue comme s'il chantait, racontant une histoire ponctuée de rebondissements, avec un suspense maintenu jusqu'au bout, comme on dit des bons polars. La dense sobriété de Andrew Hill et le balayage en profondeur de Cyrille contribuent à l'atmosphère onirique, sur le tempo d'un bassiste précieux aux tournants des années 60, qui vivra guère plus que Scott La Faro, et auquel je ne vois qu'un équivalent pour le son et la ponctuation, Henri Grimes.


Dernière édition par Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:53, édité 2 fois
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 10:26

Du début de la même année 1962, [i]Relativity [/i], avec un quartet dont seul change le bassiste, Ahmed Abdul-Malik.

[center][img]http://www.plosin.com/images/covers/walt/DickersonRelativity.jpg[/img][/center]

L'exposé de [i]Sugar Lump[/i] évoque irrésistiblement le Modern Jazz Quartet. C'est le chorus de vibraphone qui nous transporte dans un autre monde. On sent une extrême concentration du musicien, qui semble n'aligner aucun "plan",  hors donc quelques-uns des siens, d'une intarissable imagination. > http://www.youtube.com/watch?v=ZtOt8kJ0xKE

C'est justement avec le contrebassiste Henry Grimes que Dickerson enregistrera en 1963 ses Impressions du film [i]Lawrence d'Arabie[/i], sur quelques thèmes de Maurice Jarre (> http://www.youtube.com/watch?v=RuxHLzwlDY4). Je n'ai pas trouvé d'extrait ni trace enregistrée de cette collaboration.

[center][img]http://www.audiophileusa.com/covers400/50102.jpg[/img][/center]

N'ayant pas écouté l'ensemble des enregistrements précédents, je ne sais pas quand s'efface la référence obligée au MJQ et à Milt Jackson. Toujours est-il qu'avec [i]Unity[/i], en 1964, la nouvelle chose s'est emparée des esprits comme la révolte des corps, et notre vibraphoniste s'inscrit dans l'époque en quasi opposition avec Bobby Hutcherson, LE vibraphoniste qui monte les chevaux bien dressés de l'écurie Blue Note. Il s'entoure dans ce disque de deux batteurs, Edgar Bateman and Andrew Cyrille, ce qui fait de son groupe un quartet augmenté davantage qu'un quintette. La présence de cette batterie à quatre mains sans compter les pieds est donc antérieure à son apparition en 1965 chez John Coltrane (Elvin Jones et Rashied Ali). Tucker est à la basse, au piano Walter Davis Jr., compagnon de Max Roach, Gillespie, DonalByrd, Archie Shepp, Sonny Rollins... son martèlement incantatoire évoque ici McCoy Tyner chez Coltrane. Cette double batterie transforme l'équilibre du quartet (bien loin de la manière dont l'ont engagé tant Jamal que Bill Evans), sans renvoyer jamais aux [i]drum battle[/i] de compétitions, comme en témoigne le long duo, de 3mn à partir de 9:25, avant le retour de l'ostinato du contrebassiste. > http://www.youtube.com/watch?v=E1RMx2oLVfk

[center][img]http://www.plosin.com/images/covers/walt/DickersonUnity1.jpg[/img][/center]

Sans vouloir opposer systématiquement jazz noir et jazz blanc, force est de remarquer que Dickerson, s'il n'apparaît pas comme un bluesman, relève plutôt de l'esthétique du premier. J'en veux pour preuve le choix de ses contrebassistes, davantage tournés vers le gros son dur des héritiers de Mingus que des dentelles de Red Mitchell et Scott La Faro... George Tucker, Henri Grimes et plus tard Wilbur Ware (le troisième larron du trio Elvin Jones Sonny Rollins au Vanguard), Richard Davis...


Dernière édition par Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:53, édité 1 fois
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 12:57

Le LP qui suit [i]Unity[/i] dans la discographie, en 1965, semble un des plus connus, du moins souvent référencés comme un chef d'œuvre du vibraphoniste, généralement remarqué pour la (trop) rare apparition de Sun Ra comme pianiste d'un petit groupe. Les quatre sont une réduction du big band alors du Ra. Comme avec Lawrence d'Arabie, Dickerson nous propose ses impressions sur la musique d'un film, "A Patch of Blue", qui creuse le racisme dans le couple d'un Noir et d'une Blanche, interprétés par Sidney Poitiers et Elisabeth Hartman. Le score original de Jerry Goldsmith avait reçu un Academy Award.

[center][img]http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/8/8a/Patch_of_blue_mp.jpg/220px-Patch_of_blue_mp.jpg[/img][/center]

John Cunningham, le contrebassiste, intervient à l'archet autant qu'il assure des walkings puissants. Sun Ra me semble parfois proche de Cecil Taylor, du moins sur le plan rythmique. La batteur intervient aussi comme percussionniste. L'ensemble se présente comme une méditation musicale, avec de belles mélodies, un swing profond, et toujours ces traits de vélocité du leader, dont je suppose qu'ils sont possibles par sa tenue courte des mailloches  > http://vimeo.com/45785386

Je marque un break dans la présentation chronologique, pour signaler une autre rencontre de Dickerson et Sun Ra, cette fois en duo, avec [i]Visions[/i], en 1978.

[center][img]http://www.jazzmusicarchives.com/images/covers/sun-ra-visions-with-walt-dickerson-20120112002816.jpg[/img][/center]

L'utilisation du moteur est sollicitée pour des notes dont on perçoit longuement les vibrations et résonances harmoniques, entrecoupée de ces manières de mille pattes dont peu détiennent le secret (Martial Solal...). Sun Ra est très sage, du moins dans l'extrait que j'ai trouvé. De même il fait un large usage de la pédale forte pour faire résonner les harmoniques du piano, procédé dont il use aussi par un accompagnement des plus sobres où les deux instruments se marient davantage par les harmoniques que par l'harmonie (des notes) proprement dit. Il est assez rare, même en duo, que des musiciens sollicitent autant une écoute attentive, par la conception même de leurs jeux mêlés.

[i]Constructives Neutrons[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=MiJuKKnP8Pc

[i]Astro[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=S4t-s30tteU

Si l'esprit inter-galactique de l'Arkestra n'est pas absent des thèmes, les délires du plus formidable des big band après celui de Gillespie ne s'entendent qu'à la mémoire d'oreilles averties (qui en valent quatre...).

[center][img]http://www.cleveland.oh.us/wmv_news/images/jazz116_Sun_Ra.jpg[/img][/center]


Dernière édition par Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:54, édité 1 fois
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 13:48

Après "A Patch of Blue", Walt Dickerson semble disparaître de la circulation (du jazz enregistré) jusqu'en 1975, où il revient en trio avec Wilbur Ware et le fidèle Andrew Cyrille. Je n'ai malheureusement pas trouvé d'extrait de cette rencontre avec un contrebassiste de mes préférés, quand les choses s'annonçaient seulement belles... Why not ?

[center][img]http://s.pixogs.com/image/R-2522657-1288627551.jpeg[/img][/center]

Contre mauvaise fortune bon cœur, avec encore un trio, tant notre homme semble fuir le grand nombre instrumental, comme pour trouver la paix...

[center][img]http://www.plosin.com/images/covers/walt/DickersonPeace.jpg[/img][/center]

Le sort poursuit mon infortune, si de plus chanceux dénichent cette rareté à l'atmosphère si particulière... Le contrebassiste est ici Lisle Atkinson, dont je ne sais pas s'il grognait alors comme dans cette apparition de 2010, ce qui n'aurait pas manqué de faire du trio un quasi quartet > http://www.youtube.com/watch?v=X4srGUYEWj4

Notre désormais indispensable vibraphoneur n'enregistre désormais pratiquement plus qu'en trio ou en duo, voire en solo. Les extraits vidéos manquent à la pelle.


Dernière édition par Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:54, édité 1 fois
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 14:37

Avec le contrebassiste Richard Davis, Dickerson enregistre en 1977 de quoi produire plusieurs albums, édités ensemble (Dialogue) ou séparément (Tenderness, Divine Gemini), à moins qu'il ne s'agisse du même sous plusieurs habits.

[center][img]http://www.dustygroove.com/images/products/d/dicker_walt_dialogue~_101b.jpg[/img][/center]

[center][img]http://www.plosin.com/images/covers/walt/DickersonGemini.jpg[/img][/center]

[i]Lucille[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=vLdz2-Yt8bE

[center][img]http://continuo.files.wordpress.com/2009/08/wdickers-frontm.jpg[/img][/center]

[i]Tenderness[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=BmJZv9BRdi4

[center][img]http://continuo.files.wordpress.com/2009/08/wdickers-backm.jpg[/img][/center]
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 14:56

La même année 1977, Dickerson produit un disque en solo intégral, [i]Shades of Love[/i]

[center][img]http://www.parisjazzcorner.com/pochs_g/046894.jpg[/img][/center]

[i]Infinite Love[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=lo-CZqiU-28
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 15:21

Un nouveau break avec une [i]très[/i] longue interview de Walt Dickerson par Hank Shteamer en 2003, où l'on apprend tout ce que l'on souhaite sur les aléas d'une vie supposée énigmatique, ses longs silences et leurs motivations, pourquoi il n'est pas retourné dans les studios pendant vingt ans après son dernier disque en 1982... > http://darkforcesswing.blogspot.fr/2007/06/in-full-1-walt-dickerson.html

Je retiens, pragmatiquement, un passage où il parle de sa technique en relation avec sa conception musicale. Cela répond sans doute à la question qu'on ne manque pas de se poser : pourquoi un tel virtuose n'a jamais (à ma connaissance) adopté le jeu à quatre mailloches qui multiplie les possibilités d'une réalisation harmonique plus pianistique ? (je souligne en [b]gras[/b])

[i]« HS: Could you discuss your unique use of vibrato?

WD: [b]Because of the things that I hear, it requires more dexterity to play what I hear, and the overtones [/b][/i][harmoniques][b][i], or overlapping of sound is part of what I hear because that's part of the whole[/i][/b][i]. See there's a lot of things going on, and I'm familiar with the speed of sound, or maybe with those things approaching, or maybe with those things equated to, and that's part of my overall persona.

[b]So what is done pianistically with ten fingers, I enjoy attempting to do it with two mallets because that's what I hear[/b]. So what you hear becomes you quest to produce, and in that quest to produce, you find a way to do it. Again, there's no format on it having been done before, which makes it a unique approach, [b]an innovative approach to the instrument, which is where the intertwining, the overlapping of harmonies come into play because I hear outside of the, quote, "normal progression of things."[/b] And in order to do that, to perform that, there are various things that I have to do to access those things, and they come to you. »[/i]

Dickerson exprime clairement ce que l'on peut ressentir à l'écoute, le rôle majeur des harmoniques dans son jeu, et la tentative, merveilleusement réussie, d'y parvenir par plusieurs moyens, aussi bien la rapidité de traits où ces harmoniques défilent et se superposent par accumulations, que les sons tenus où les sons harmoniques se laissent entendre plus aisément à une oreille non avertie (qui n'en vaut que la moitié d'une). Je crois que Dickerson tenait là une technique qui a été davantage utilisée en "Musique contemporaine", voire facilitée par des instruments électroniques. Mais il le faisait en utilisant strictement le phénomène acoustique naturel, et je pense que le vibraphone, par la matière sonore simple à la base des résonances à lames, s'y prête davantage que nombre d'instruments (y compris le piano, dont nombre des notes sont formées de plusieurs cordes).

Quoi qu'il en soit écouter ce musicien requiert une grande attention, sans doute différente de la musique à laquelle on s'habitue en jazz, où ces phénomènes sonores sont rarement pris en compte de manière conceptuelle, intrinsèque au projet musical. J'avais pressenti quelque chose de ce genre dans les duos avec Sun Ra et Richard Davis, et dans son solo d'amour, mais sans savoir qu'il s'agissait d'une quête délibérée. Celle-ci me paraît justifier sur le plan musical les périodes où Dickerson a cessé de jouer, pour chercher autre chose, les moyens de réaliser [i]techniquement[/i] la musique qu'il avait dans la tête. Le résultat est patent à son retour en 1975, par rapport à sa période antérieure des années 60. Elle semble même expliquer le pourquoi de trios, duos, solo. Malheureusement, il n'enregistre pas entre 1982 et sa disparition en 2008, et l'on ne sait donc pas s'il a trouvé encore autre chose, et quoi...

Cette interview permet néanmoins d'écouter autrement et mieux la musique de Walt Dickerson, qui est, beaucoup plus qu'un vibraphoniste parmi d'autres à l'immense talent, un concepteur de musique à part entière.


Dernière édition par Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:54, édité 1 fois
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 20:54

L'année 1978 est si prolifique qu'elle voit paraître six LP de Walt Dickerson, soit le quart de la production de notre vibrant soniste sous son nom. Un en quartet, trois en trio (sic), deux en duo (resic). Deux sont enregistrés à New-York, les autres au Danemark dont en un lieu au nom prédestiné, [i]Sweet Silence Studios[/i], la plupart pour SteepleChase, soit une course d'obstacles pour des chevaux d'un jazz qu'on en finit pas d'achever.

Le premier est en quartet pour un nouvel hommage à sa compagne, avec Albert Dailey (p), Andy McKee (b), Jimmy Johnson (d). Supposons que la femme en pochette soit à Walt ce que fut Miss Mabry pour le Miles de Kilimandjaro, soit plus qu'une muse. On n'est jamais trop prudent depuis qu'on connaît - façon de parler - les dessous de Tina avec Ike Turner.

[center][img]http://www.plosin.com/images/covers/walt/DickersonRevisited.jpg[/img][/center]

[i]Liz[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=hpoLLonUaVo

L'homonymie des sidemen avec de plus célèbres qu'eux est telle qu'on jugerait une charade conspirant contre la notoriété du leader, qui n'en demandait pas tant.

Mon premier, [b]Albert Dailey[/b], un illustre méconnu digne pendant de son leader ? Selon le French Wiki [i]« Arrivé à New York, il acquiert une certaine réputation, et enregistre dans de nombreux contextes, avec les Jazz Messengers d'Art Blakey (en 1976), Charlie Rouse (1976), Archie Shepp (1977), Freddie Hubbard (1974), Tom Harrell (1982), Eddie Davis (1979), Buddy DeFranco (1984), Stan Getz (en 1974-75), entre autres.
Mais plus nombreux sont les leaders qu'il accompagne sans enregistrer : citons Hank Mobley, Sonny Rollins, Art Farmer, Dexter Gordon, et même Charles Mingus, Archie Shepp, sans omettre les chanteuses Sarah Vaughan et Betty Carter.[/i]» Excusez du peu, un jazz répertorié avec ou sans Dailey, qui s'en soucie ?

Mon deuxième, [b]Andy McKee[/b], n'est pas le célébrissime tapingueur de guitare, qui n'en pouvait car né l'année qui suit l'enregistrement du disque. C'est un contrebassiste de jazz positivement effacé, comme il en est tant, qui n'a accompagné que des petits maîtres tels que Hank Mobley, Johnny Hartman, Slide Hampton, Clarence “Cee”Sharp et Philly Joe Jones... Responsable d'une méthode de contrebasse faite à moitié [i]Jazz Bass on the Top, Left-Hand Technique[/i] > http://www.gollihurmusic.com/product_details.cfm?ProdID=2256

Mon troisième, [b]Jimmy Johnson[/b], n'est ni guitariste de blues ni pilote de course émérite, mais un batteur sollicité par Duke Ellington avant Sun Ra. Je ne résiste pas au plaisir de vous refourguer à cette occasion les célestes prouesses de Cat Anderson et l'indicible suavité de Clark Terry > http://www.youtube.com/watch?v=1kk_zLFTuiU.

Mon tout est, au-delà d'une acte d'amour, un disque dont il reste, sur Youtube, un étrange produit qui sonne à s'y tromper comme un remake du MJQ... si Dickerson n'était pas deux fois plus rapide que Milt Jackson, et s'il ne sollicitait pas le vibrato comme pour une jouissance jamais assouvie.


Dernière édition par Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:55, édité 1 fois
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mar 6 Aoû 2013 - 22:20

Le disque suivant est enregistré cinq jours plus tard, c'est le duo avec Sun Ra dont j'ai déjà causé, [i]Visions[/i]

En la matière (sonore), nous voilà rassurés, l'amour n'a pas aveuglé notre homme du jour, à jamais éclairé par le soleil du Ra

[center][img]http://sunraarchive.webstarts.com/uploads/Sun_Ra_-_16.jpg[/img][/center]

L'Opus suivant relève d'une rencontre somme toute prévisible, dans le genre d'imprévisation dont nous étions désormais prévenus : [i]Landscape with open Door[/i], tout semble dit...

[center][img]http://ecx.images-amazon.com/images/I/51rqWrNjHKL._SS500_.jpg[/img][/center]

Difficile là encore de trouver des extraits gratuits

[i]Débuts des morceaux[/i] > http://www.amazon.co.uk/gp/product/B002R8U8O6/ref=dm_sp_alb/276-8088870-5475936

On n'est en rien surpris de cette rencontre, qu'éclaire la suite de la carrière de Pierre Dorge, digne héritier danois de Sun Ra avec son [i]New Jungle Orchestra[/i], dont le nom est une explicite référence à... Duke Ellington.

En témoigne, en 1985, cet enregistrement de [i]Creole Love Call[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=4FTeomTFMdw

Les mêmes dans [i]Caribean sound[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=9d1AmpmV6r0

Une belle [i]fusion[/i] entre musique africaine et jazz. Pas étonnant d'y retrouver des membres du [i]Brotherhood of Breath[/i] de Chris McGregor ou ex du Mingus Band. Pas plus de la présence de l'éclectique Doudou Gouiran ni de celle du togolo-danois John Tchicaï, ex compagnon de Shepp et Don Cherry.

La jungle de Pierre Dorge n'évoque pas que l'Afrique

Avec le flûtiste indien Shashank Subramanyam > http://www.youtube.com/watch?v=ksTFHM1mf5Q

En 1977, l'année précédent le disque avec Dickerson, Dorge enregistrait en trio avec John Tchicaï et Niels Henning Orsted Pedersen. [i]Nothing doing in Krakau[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=8Cn_Zb9wRXo

[center][img]http://www.copenhagenconcerts.dk/HPDorge-foto.jpg[/img][/center]


Dernière édition par Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:51, édité 1 fois
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 9:49

Avant de parler des trois LP suivants en 1978, je dois réparer un oubli, [i]Serendipity[/i], en 1976, avec Jamaaladeen Tacuma (eb) et Edgar Bateman (d)

[center][img]http://3.bp.blogspot.com/_iUJTkMyzQiE/SVqCveMZFhI/AAAAAAAAASc/0Z_k3WuPkJQ/s320/DSCF1576%5B1%5D.JPG[/img][/center]

[i]Serendipidity[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=CiLM7N_EBfQ

[center][img]http://2.bp.blogspot.com/_iUJTkMyzQiE/SVoUrj7LATI/AAAAAAAAASM/kXEoQIMIHgY/s320/001.jpg[/img][/center]

[b]Jamaaladeen Tacuma[/b] est un grand de la bass électrique de jazz. « [i]En 1975, à 19 ans, il rejoint le groupe Prime Time d'Ornette Coleman. Durant sa carrière, il accompagnera de nombreux artistes reconnus comme James Blood Ulmer, Carlos Santana, Jeff Beck, Olu Dara, Julius Hemphill ou David Murray.[/i]» (Wiki)

Le batteur [b]Edgar Bateman[/b], déjà rencontré en compagnie du vibraphoniste, fut un compagnon de  Eric Dolphy, John Handy Charles Tolliver, Booker Ervin, Roland Kirk, Paul Bley, Ken McIntyre. “Best Jazz Drummer” in Downbeat Magazine (1975)

Retour à 1978 et trois LP en trio avec Andy McKee (b) et Jimmy Johnson (d). Pas d'extraits.

[center][img]http://pmcdn.priceminister.com/photo/to-my-son-walt-dickerson-trio-33-tours-864522389_ML.jpg[/img][/center]

[center][img]http://3.bp.blogspot.com/-YS_KBTzOsMk/UGMQyPuNAiI/AAAAAAAADW4/kRuAaJYjkOA/s320/imag+322.jpg[/img][/center]


Dernière édition par Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:52, édité 1 fois
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 10:50

Pour son avant-dernier LP, en 1980, Dickerson retrouve Sun Ra, cette fois au Fender Rhodes. Mais il apparaît qu'il s'agit surtout d'une succession de solos, non de duos. Sun Ra improvise notamment sur Rhapsody in Blue de Gerswhin et Saint-Louis Blues de WC Handy. Je n'ai pas trouvé d'extraits.

J'ai visionné plusieurs films de l'Arkestra de Sun Ra sans y trouver trace de Walt Dickerson. Dans Sleeping Beauty, de 1979, on entend un vibraphone, ou deux, ils sont joués par Harry Wilson et Damon Choice.

[i]Sleeping Beauty[/i] > http://www.youtube.com/watch?v=IpYa_HW_GxI, vibraphone vers 4 : Le mariage sonore avec le Fender de Sun Ra met en valeur le croisement des harmoniques caractéristique du jeu de Dickerson, véritable beauté endormie.

[center][img]http://1.bp.blogspot.com/_-SRYPec0ur0/TJdGDdHKAPI/AAAAAAAALxM/t3lnBPB7Nr8/s320/SRsb111.jpg[/img][/center]

[center][img]http://userserve-ak.last.fm/serve/_/27416379/Walt+Dickerson+walt_dickerson.jpg[/img][/center]
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Patlotch le Mer 7 Aoû 2013 - 11:41

Quelques extraits de la revue Downbeat sur les LP de Dickerson entre 1961 et 1965. Les commentaires techniques recoupent ce qui précède. L'influence de Milt Jackson est explicitée, mais la comparaison avec le MJQ est bien vue comme un aspect de surface. Plus profondément apparaît le rapport, à l'époque, de la musique de Dickerson avec celle de John Coltrane.

[i]Walt Dickerson Reviews[/i]  > http://www.plosin.com/MilesAhead/wdReviews.html

Pour ne pas conclure, voici retrouvés quelques extraits du LP avec Wilbur Ware et Andrew Cyrille    > http://www.allmusic.com/album/tell-us-only-the-beautiful-things-mw0000338324, The Nexus et, comme une épitaphe ?

[center][b]Tell Us Only the Beautiful Things [/b][/center]

[center][img]http://www.mirai.ne.jp/~yinaba/jazz05/image/jazz17.jpg[/img][/center]


Autres sujets du forum a/s Walt Dickerson > http://jazzitude.forumactif.com/search?search_keywords=dickerson
avatar
Patlotch
Jazzitude for ever !!!
Jazzitude for ever !!!

Nombre de messages : 1225
Age : 66
Localisation : Fontenay sous Bois
Date d'inscription : 07/06/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://www.patlotch.esy.es/text/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: RIP Walt Dickerson (vibraphoniste )

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum