classique pour débutant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

classique pour débutant

Message  Invité le Mer 1 Fév 2006 - 20:07

Le résultat d'un petit boulot que j'ai eu à faire pour initier au classique... il y a plein de manque mais, sauf omission, c'est normal le postulat soient immédiatement reconnaissables. On apprend mieux ce qu'on sait déjà!!!


Bach, Messe en si
Dir. Philippe Herreweghe avec Andreas Scholl, Véronique Gens – Harmonia Mundi 33.54

Bach, Concertos brandebourgeois
Neville Marriner The English Chamber Orchestra – Decca 23.63

Bach, Variations Goldberg BWV988
Glenn Gould sony classical 12.65

Bach, Suites pour violoncelle seul
Pierre Fournier - Deutsche Grammophon 19.50

Bach : passion selon Saint Matthieu
Ton Koopman - ORF 32.32

Bach :Cantates, Volume 12 - Cantates de Leipzig BWV147et BWV21 « Jésus que ma joie demeure »…
Bach Collegium du Japon Masaaki Suzuki – BIS 23.63

Beethoven, Célèbres Sonates pour piano (Sonates pour piano N°8, N°14, N°15, N°26, N°17, N°21 et N°23)
Alfred Brendel - Philips classics 23.63

Beethoven : Symphonies N°1 à N°9
Herbert von Karajan - Deutsche Grammophon 44.90

Beethoven, Concertos pour piano N°4 et N°5
Claudio Arrau sir Colin Davis - Philips classics 14.03

Berlioz, Symphonie fantastique
Charles Munch – RCA 8.69

Bizet, Carmen
Claudio Abbado Placido Domingo Teresa Berganza - Deutsche Grammophon 63.11

Bizet, Suites de l'Arlesienne
Myung-Whun Chung Orchestre de l' Opéra Bastille - Deutsche Grammophon 14.03

Brahms, Danses hongroises
Neeme Jarvi The London Symphony Orchestra Chandos 17.23

Brahms, Requiem allemand
Claudio Abbado - Deutsche Grammophon 23.63

Chopin, Nocturnes
Claudio Arrau - Philips Classic 23.63

Chostakovitch : The Jazz album
Riccardo Chailly - Decca 23,63

Dvorak, Symphonie numéro 9 « Du Nouveau monde » Bedrich Smetana, La Moldau
Ferenc Fricsay - Deutsche Grammophon 14.03

Fauré, Requiem
Philippe Herreweghe – Harmonia Mundi 24.39

Grieg, Peer Gynt
Paavo Jarvi – Virgin Classic 19.90

Haendel : Le Messie
John Eliot Gardiner - Philips Classic 45.92

Mahler, Le Chant de la terre
Pierre Boulez - Deutsche Grammophon 23.63

Mendelssohn, Songe d'une nuit d'été
Rafael Kubelik - Deutsche Grammophon 8.38

Moussorgsky, Tableaux d'une exposition
Alain Lombard, ERATO 10.67

Mozart, Concertos pour piano N°9, N°20, N°21, N°23 et N°27
Daniel Barenboïm The English Chamber Orchestra EMI Classic 23.63

Mozart, Requiem
Karl Böhm - Deutsche Grammophon 17.84

Mozart, La Flûte enchantée
Karl Böhm Deutsche Grammophon 19.39

Mozart, Symphonie numéro 35 à41
Karl Böhm - Deutsche Grammophon 23.63

Mozart, Concerto pour clarinette KV 622 - Concerto pour hautbois KV 314
Neville Marriner Philips Classic 23.63

Mozart, Sérénade « Une Petite musique de nuit »
Karl Böhm - Deutsche Grammophon 12.63

Orff, Carmina Burana
Michel Plasson Natalie Dessay – EMI classic 23.63

Pergolese, Stabat Mater
Christopher Hogwood Oiseau Lyre 23.63

Rachmaninov, Concerto pour piano numéro 2
Hélène Grimaud Teldec 22.71

Ravel, Boléro - Alborada del gracioso - Tombeau de Couperin - Concerto de la main gauche - Pavane pour une infante défunte
Boulez – Sony Classical 12.65

Rimsky-Korsakov, Schéhérazade – Stravinsky, Oiseau de feu
Orchestre De L'opera Bastille Myung-Whum Chung - Deutsche Grammophon 23.63

Satie : œuvres pour piano
Jean Joel Barbier – Accord 35.65

Schubert, le voyage d’hiver
Franz Schubert Dietrich Fischer-Dieskau - Deutsche Grammophon 11.50

Schubert, Quintette pour cordes en ut majeur « la truite » quatuor « la jeune fille et la mort »
Amadeus Quartet - Deutsche Grammophon 11.50

J.Strauss : valses celebres
Willy Boskovsky - Emi classics 9.91

R.Strauss, Ainsi parlait Zarathoustra
Pierre Boulez Deutsche Grammophon 23.63

Stravinsky, Le Sacre du printemps
Pierre Boulez Orchestre Philharmonique de New-York Sony Music 12.65

Tchaikovsky, Symphonie numéro 6 « Pathétique »
Herbert von Karajan Deutsche Grammophon 23.63

Tchaikovsky, Le Lac des cygnes
Seiji Ozawa Orchestre Symphonique de Boston - Deutsche Grammophon 23.63

Tchaikovsky, Casse-Noisettes
Valery Gergiev Orchestre du Théâtre du Kirov - Philips classics 23.63

Verdi, Requiem
Nikolaus Harnoncourt – RCA 24.90

Verdi, La Traviata
Richard Bonynge Luciano Pavarotti Joan Sutherland – Decca 45

Vivaldi, Les Quatre saisons
Fabio Biondi - Opus 111 22.41

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Jeu 2 Fév 2006 - 13:56

Il manque tout de même un p'tit Debussy là dedans :

Le "prélude à l'après midi d'un faune" et les "Nocturnes" par Abbado (Deutsche Grammophon) par exemple

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Jeu 2 Fév 2006 - 14:44

Hum, et l'Adagio en sol mineur pour cordes et orgue de Tomaso Albinoni. Il a p'têt compté un peu dans la musique classique.:roll:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Jeu 2 Fév 2006 - 19:16

attention ne pas tout cofondre!!! il ne s'agit pas de ce qui a compté ou pas compté, ça c'est totalement hors sujet!!! Par contre tu as raison pour Albinoni (je l'ai d'ailleurs rajouté par la suite ainsi que celui de Barber) pour Debussy j'y avais réfléchie; J'avais pensé à des pas sur la neige dres préludes mais non. Pas assez évident. J'ai pas pu m'empecher pour la passion selon Saint Matthieu mais malgré les masses chorale c'est une erreur. Il s'agit de faire abstraction de ses goût, rien à prouver sur ce coup là partager c'est tout!
Allez courage, que pouvez vous siffloter de mémoire, sans une écoute béquille préalable?
http://majazzotheque.over-blog.com/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Jeu 2 Fév 2006 - 19:29

Je vous mets la version définitive, n'hésitez pas à charrier, à commenter, à critiquer... de toute façon ce ne peut être exempt de partis pris et de manques
Pascal
http://majazzotheque.over-blog.com/

La musique classique peut être, doit être, quelque chose d’agréable, de plaisant, de facile à aborder et de très divertissant.
Loin des stéréotypes et de quelque snobisme que ce soit, je vous propose d’écouter une sélection d’oeuvres aux mélodies entraînantes, faciles à fredonner et étonnamment connus, souvent à notre insu.
En effet, nous baignons dans la musique classique chaque jour de notre vie, cinéma, publicité, programmes télévisés, pas un instant sans que nous en soyons imprégnée. N’oublions surtout pas que si la musique classique est synonyme de culture elle est et doit être avant tout source de plaisir.


ALBINONI, Tomaso Giovanni : Adagio
(Compilation Mélancolie chez Naïve)
Une oeuvre bouleversante, d'une infinie tristesse et d’une grande beauté mélancolique.


BACH, Jean-Sebastien : Messe en si
Philippe Herreweghe (Chef d’orchestre)
Chef-d'oeuvre parfait, expression de cette unité monumentale et jubilante, qui résume une oeuvre, une vie, une vocation.


BACH, Jean-Sebastien : Suites pour violoncelle seul
Pierre Fournier (violonceliste)
Les six Suites pour violoncelle seul sont bien au-delà de morceaux de bravoure, car elles font appel autant à la virtuosité " manifeste " du soliste qu'à son génie du dedans.


BACH, Jean-Sebastien : suites orchestrales
Jeanne Lamon (Chef d’orchestre)
La popularité de la troisième suite vient de son caractère grandiose, de sa puissance et aussi de l'extraordinaire beauté de l'air qui lui tient lieu de deuxième mouvement.


BACH, Jean-Sebastien : passion selon Saint Matthieu
Ton Koopman (Chef d’orchestre)
Parcourue d’une immense ferveur, d’une infinie tendresse, secouée d’accents d’une violence terrible, ses trois heures font accomplir un voyage gigantesque et place l'œuvre musicale sous le signe de l'universel.


BARBER, Samuel : Adagio pour corde Op, 11
Leonard Bernstein (Chef d’orchestre)
Belle et émouvante, triste mais remplie d'espoir, pleine de beauté et de paradoxes, cette oeuvre possède un lyrisme extatique dans son apogée qu’elle atteint par une lente dramatisation du propos.


Beethoven, Ludwig van : Célèbres Sonates pour piano (Sonates pour piano N°8, N°14, N°15, N°26, N°17, N°21 et N°23)
Alfred Brendel (Pianiste)
Ces courtes pièces au ton romantique, pleines de charmes, conserveront pour toujours sa place dans le panthéon des apprentis pianistes.


Beethoven, Ludwig van : Symphonies N°5
Herbert von Karajan (Chef d’orchestre)
Il n'existe pas de thème plus célèbre (ni plus court) que cet incipit de la Cinquième. Demandez à n'importe qui d'identifier ce pom-pom-pom-pom, il vous dira « La cinquième de Beethoven. »


Beethoven, Ludwig van : Symphonies N°9
Herbert von Karajan (Chef d’orchestre)L'universalité de la symphonie de Beethoven se comprend par la puissante affirmation de joie adressée à l'humanité toute entière ; une mélodie très simple dans sa forme pour l'Hymne à la joie, mais une mélodie terriblement efficace, qui éclate avec une telle brillance dans le " Finale " de la symphonie, comme un résidu des tensions précédentes, comme si la musique avait conduit les idées précédentes contradictoires vers un terrain d'entente, une unité indivisible, une réconciliation éternelle et universelle.


Beethoven, Ludwig van : Concerto pour piano N°5
Maurizio Pollini (pianiste) Le plus célèbre des concertos de Beethoven fut écrit en 1809, en plein conflit franco-autrichien. Ces circonstances dramatiques contribuèrent partiellement à modeler l'œuvre Ode magnifique et majestueuse, cette partition est un chant gigantesque à l’humanité toute entière et à son devenir désespéré.


Berlioz, Hector : Symphonie fantastique
John Eliot Gardiner(Chef d’orchestre)Symphonie fantastique, ou épisode de la vie d'un artiste." Un jeune musicien d'une sensibilité maladive s'emprisonne avec de l'opium par désespoir amoureux; la dose trop faible pour lui donner la mort, le plonge dans un lourd sommeil accompagné d'étranges visions qu'il traduira en musique.


BIZET, Georges: CarmenClaudio
Abbado (Chef d’orchestre) Placido Domingo (Chanteur)
Georges Bizet eut le temps d'assister au scandale de la création de son opéra. Il mourut quelques semaines plus tard, à l'âge de 37 ans. Ce n'est pas tant la musique qui secoua la société française de l'époque mais, pour la première fois, la vision d'une femme libre de son destin et d'aimer celui qu'elle avait choisi. L'écriture géniale du livret et de la musique impose de ne rien laisser dans l'ombre.


BIZET, Georges: Suites de l'Arlesienne
Daniel Barenboïm (Chef d’orchestre)
Une musique pleine de rythmes, de mélodies, et d'humour. Avec ces Suites, on assiste à une sorte de medley réunissant tous les tubes qui ont fait le succès populaire de l'opéra de Georges Bizet.


BRAHMS, Johannes : Danses hongroises
Herbert Von Karajan (Chef d’orchestre)
Festives et nostalgiques tout à la fois, comme le sont parfois les mélodies tziganes, ces danses sont animées d'une dimension épique surréelle.Un tournoiement d'ivresse qui ne peut que séduire.


BRAHMS, Johannes: Requiem allemand
Herbert von Karajan (Chef d’orchestre)
Requiem humain, disait Brahms. Les solistes s’épanchent en phrases étirées et lumineuses, une sombre révolte semble gronder dans le tréfonds de l’orchestre, tantôt reprise, tantôt apaisée par les chœurs massifs, charnus, incarnés. Ce Requiem Allemand confronte l'éphémère à l'immortel, la tristesse au réconfort. La mort et l'éternité sont traitées dans la perspective de l'homme.


CHOPIN, Frédéric : Nocturnes
Claudio Arrau (Pianiste)
Les nocturnes de Chopin investissent la nuit et laissent les pensées tournoyer dans l’air du soir. Les paroles, les non-dits les silences traduisent la solitude du musicien indécis, mélancolique et rêveur…


CHOSTAKOVITCH, Dimitri : The Jazz album
Riccardo Chailly (Chef d’orchestre)Dans ces pièces inspirées par l'esprit du jazz, Chostakovitch fait étalage de son habituelle virtuosité d'orchestrateur, et d'une malice qu'on ne lui connaît que très rarement dans ses oeuvres "sérieuses". Formidable mélodie pour cette merveilleuse valse de Chostakovitch ; peut-être le morceau de le plus populaire du compositeur.


DVORAK, Anton : Symphonie numéro 9 « Du Nouveau monde »
Ferec Fricsay (Chef d’orchestre)
Une œuvre populaire grâce à son inventivité mélodique, notamment le thème puissant et déchaîné du dernier mouvement, mais aussi et surtout la nostalgie de l'émouvante mélodie du mouvement lent


FAURE, Gabriel : Requiem
Philippe Herreweghe (Chef d’orchestre)
Une musique qui semble apaiser l'angoisse ressentie face à la mort, une douceur et une sérénité rêveuse, presque paradisiaque.


GERSHWIN, George : Rhapsodie in blue
Leonard Bernstein (Chef d’orchestre)
« Ma Rhapsody in Blue ?, dit un jour Gershwin, jouez-la grandiose, avec un orchestre symphonique à la sonorité policée, jouez-la « canaille », à la manière d’un jazz band de la 47e Avenue, jouez-la avec les accents populaires, mais jouez les notes. » Tout est dit : Joyeuse, tendre, inimitable… américaine ; le bruit des villes, le vent des plaines, la nostalgie et la brutalité, tout y est.


HAENDEL, Georg Friedrich : Le Messie
John Eliot Gardiner (Chef d’orchestre)
Le Messie de Haendel est plus qu’une simple œuvre de musique ; c’est un monument de la culture occidentale qui a, dans les deux siècles et demi depuis sa composition, atteint le statut d’un mythe.


MENDELSSOHN, Félix : Songe d'une nuit d'été
Rafael Kubelik (Chef d’orchestre)
Impressionné par la lecture de l’œuvre de Shakespeare, Mendelssohn compose ici un chef d’œuvre, son plus grand sans doute, et met en scène un monde enchanté et féerique.


MOUSSORGSKY, Modest : Tableaux d'une exposition
Claudio Abbado (Chef d’orchestre)
Une promenade, au rythme régulier, illustrant le pas flâneur du compositeur qui déambule à travers l’exposition de dix tableaux…


MOZART, Wolfgang Amadeus: Concertos pour piano N°21
Daniel Baremboïm (Chef d’orchestre - Pianiste)
Un parfait exemple du Mozart joyeux et apparemment insouciant. Léger et rafraîchissant, mais pourtant une de ses œuvres majeures.


MOZART, Wolfgang Amadeus: Requiem
Neville Marriner (Chef d’orchestre)
Le génie de Mozart est de traduire de façon universelle en musique la peur, l'angoisse que l'homme est susceptible de ressentir face à la mort. C'est une vision tout à fait bouleversante de la chose, une véritable dramatisation de la mort, une intensification de la force émotionnelle qui surgit du fond de l'homme, une émotion un peu terrifiante qui traduit la peur du néant, de l'inconnu et du mystère.


MOZART, Wolfgang Amadeus: Concerto pour clarinette KV 622 - Concerto pour hautbois KV 314
Jack Brymer (clarinetiste) et Neville Marriner (Chef d’orchestre)
Un petit bijou que ce mouvement lent du concerto pour clarinette de Mozart ; toute la magie de Mozart y est concentrée avec une simplicité mélodique alliée à une profondeur artistique.


MOZART, Wolfgang Amadeus : Symphonies n°40 et 41
Daniel Barenboïm (Chef d’orchestre)
La Symphonie «Jupiter», majestueuse, solaire, et d’une irrésistible puissance vitale, est une œuvre de victoire par ses accents héroïques.


MOZART, Wolfgang Amadeus : Sérénade « Une Petite musique de nuit »
Neville Marriner (Chef d’orchestre)
Certainement l’air le plus connu du répertoire de Mozart, la marche turque. Page glorieuse entre toutes, elle reste cependant mystérieuse : on ne saura sans doute jamais à quelle occasion elle a été composée. Elle est en tout cas l'aboutissement pour Mozart d'un genre auquel il a beaucoup donné.


ORFF, Carl : Carmina Burana
Michel Plasson (Chef d’orchestre)
Plus d'un demi-siècle après sa création, cette musique a préservé son pouvoir attractif. L’orchestre s'y transforme en une immense percussion, les choeurs en une seule et même terrifiante voix qui martèle et exalte la destinée.


PACHELBEL, Johann: canon en Ré
Claudio Scimone (Chef d’orchestre)
Une mélodie si simple, des variations si belles, si fluides qui n'enlèvent rien à l'atmosphère paisible exposée dès l'introduction.


PART, Arvo : Alina
Vladimir Spivakov (violoniste)
Il est des musiques qui parlent directement à l'âme et vous donnent l'impression de vous élever. Il n'est ici question que de beauté, de silence, de plénitude et de spiritualité.


PERGOLESI, Giovanni Battista: Stabat Mater
Christophe Rousset (Chef d’orchestre)
Pergolesi manie avec le plus grand naturel un style très personnel, simple et direct, qui lui permet d’atteindre, dans l’expression de la douleur humaine, à une intensité véritablement bouleversante.


RACHMANINOV, Serge : Concerto pour piano numéro 2
Hélène Grimaud (Pianiste)
Lyrique et tourmentée, il a connu un succès triomphal et a servi de modèle à la majorité des concertos pour piano russes. Une fois entendue, l’air du mouvement lent impossible de ne pas le chantonner toute la journée.


RAVEL, Maurice : Boléro
Pierre Boulez (Chef d’orchestre)
Le boléro de Ravel est une sorte rituelle ancestrale réinventée, Hypnotique, à l’accent primitif obsessionnel dont le pouvoir de fascination s’exerce à jamais sur quiconque l’écoute ne serait-ce qu’une fois.


RODRIGO, Joaquin : Concerto de Aranjuez
Pepe Romero (Guitariste)
Le concerto d’Aranjuez prétend être comme la brise furtive qui agite la cime des arbres dans les parcs, expliquait le compositeur, et elle ne devrait pas être plus forte que le vol d’un papillonNul mieux que le compositeur aveugle n’aura su ainsi chanter la ville royale et la faire connaître sur tous les continents.


SATIE, Érik : Gymnopedies et Gnossiennes
Jean Joel Barbier (Pianiste)
Satie est l'une des personnalités les plus étranges, excentriques et provocantes de l'histoire de la musique. Sa musique pour piano, romantiques à souhait, d'un abord aisé et surtout intemporel, semble s’adresser à un seul auditeur à la fois.


SCHUBERT, Franz : Quintette pour cordes en ut majeur « la truite »
Amadeus String Quartet et Hephzibah Menuhin (pianiste)
Schubert produit là un chef d'oeuvre, mais à sa façon, c'est-à-dire d'une manière légère et désinvolte. La Truite est une oeuvre désarmante de réussite et de simplicité.


SCHUBERT, Franz: quatuor : la jeune fille et la mort
Amadeus String Quartet (Quatuor à Cordes)
Cette composition pour quatuor porte bien son nom puisqu'elle atteint un degré tragique rarement égalé par d'autres quatuors de musique romantique.


SMETANA, Bedrich : La Moldau
Ferec Fricsay (Chef d’orchestre)
Cette composition envoûtante nous invite à suivre le cours du fleuve Vltava qui, de plus en plus puissant, nous emporte à travers la campagne jusqu’à Prague se jette dans l'Elbe, et poursuit son destin…


STRAUSS, Johan : Valses et polkas
Ferenc Fricsay (Chef d’orchestre)
Johann Strauss est réputé pour sa composition d'admirables valses légères et somptueuses tel Le Beau Danube Bleu ou encore la Valse de l'empereur.


STRAUSS, Richard : Ainsi parlait Zarathoustra
Pierre Boulez (Chef d’orchestre)
Poème symphonique pour grand orchestre librement composé d'après Friedrich Nietzsche."La musique a trop longtemps rêvé ; nous voulons maintenant nous réveiller. Nous étions des somnambules ; nous voulons devenir des rêveurs éveillés et conscients". Le programme de son poème symphonique semble tenir en ces vers : faire naître un nouveau style musical, révélateur d'une aube future.


STRAVINSKY, Igor : Le Sacre du printemps
Pierre Boulez (Chef d’orchestre)
Fable musicale évoquant une suggestion naturaliste du printemps russe, qui éclate en quelques minutes en un fracas terrifiant.


TCHAIKOVSKY, Pyotr Ilyich : Symphonie numéro 6 « Pathétique »
Herbert von Karajan (Chef d’orchestre)
La symphonie n°6, dite "pathétique" est l'un des plus grands chefs d'oeuvres de Tchaïkovsky. Cette symphonie que le compositeur lui-même dit avoir composée en pleurant se développe lentement, avec humilité et élégance, jusqu’à amener la douleur à s’exprimer de manière très contrastée et où l’émotion, arrivée à son comble, nous laisse sans voix, comme pétrifiés.


TCHAIKOVSKY, Pyotr Ilyich : Le Lac des cygnes
Seiji Ozawa (Chef d’orchestre)
Une pricesse métamorphosée en cygne, un prince amoureux, prêt à la sauver d'un terrible enchanteur. Musique romantique, grandes envolées lyriques Ce ballet est l’un des joyaux du répertoire classique.


VERDI, Giuseppe : Requiem
Claudio Abbado (Chef d’orchestre)
Cette grande messe des morts est un hommage d’une formidable force vitale à tous ceux qui ont vécu sur la terre.


VIVALDI, Antonio : Les Quatre saisons
Fabio Biondi (Chef d’orchestre et violoniste)
Les Quatre Saisons est sans aucun doute la partition la plus enregistrée tous compositeurs confondus. La liberté d'expression, la richesse harmonique, les coups d'archets stupéfiants, la mise en relief des différents instruments, de cette nouvelle version vous laisse proprement pantois.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Jeu 2 Fév 2006 - 20:06

Hé bééé (comme on dit chez moi)!!!!!! quand tu post, tu post !!

Bon, concrètement, sans fioriture, j'ai compris que tu voulais illustrer la musique classique par des oeuvres qui l'ont marquée. De façon à enseigner à des jeunes. Je me suis trompé en plein?

Sinon, pour ton petit topo sur le plaisir-culture etc, je suis total d'accord.
Mais pourquoi pas Debussy?? Comprends pas là.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Josselin le Jeu 2 Fév 2006 - 20:16

Bravo!!!! Un très bon post fort intéressant, j'aurais juste envie de dire que à mon goût, je préfère écouter Chopin quand c'est joué par Arthur Rubinstein...et je préfère les "polonaises" aux "nocturnes"...Bon ceci n'est que mon goût et n'engage que moi, même s'il est vrai que les nocturnes sont plus facile d'accès que les polonaises...

Josselin
Ad' ministre batteur
Ad' ministre batteur

Nombre de messages : 1113
Age : 37
Date d'inscription : 03/05/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Jeu 2 Fév 2006 - 20:19

parceque Debussy, qui je suis bien d'accord avec toi est l'auteur de certaines des plus belles musiques de ce siècle, enfin de l'autre, enfait des deux, est pour des oreilles bercées par la grande musique d'André Rieu et à la recherche d'Oeuvres que l'Artiste n'aurait pas eu le temps de soumettre à la foule en délire de ses fans grabattaires (pardon, une bouffée de méchanceté...) serait à mon avis - peut-être me trompe-je? Le débat est ouvert et je serais pour le coup bien heureux d'avoir tord - certainement décontenancé par l'harmonie, la résolution de certains de ses accords. En bref parceque ça frotte, parceque même si cette musique à un siècle elle est trop novatrice pour l'auditeur de cherie FM de base. Et l'auditeur de Cheri FM, moi je trouve qu'il faut en prendre soin parceque si on y fait attention il écoutera plus tard des tas de choses interessante et mle fera peut être le plus beau morceau de musique mais plus tard
Non, délire mis à part c'est quand même les raisons qui me l'ont fait écarter ... à part des pas sur la neige... ça c'est dur de pas aimé... mais bon faut savoir ce faire violence... tu crois que j'aurais vraiment du?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Jeu 2 Fév 2006 - 21:29

J'aurai rajouté pour le boléro que son auteur voulait délibérément faire une "ANTI-MéLODIE" et démontrer ainsi à ses détracteurs que ça pouvait plaire. Tu parles que ça a réussi!!! C'est le morceau classique qui rapporte le plus au monde en droits d'auteurs aux héritiers. Véridique. Il paraît même (à voir) qu'il est joué en permanence quelque part dans le monde. Je jure l'avoir entendu dire. Sérieux.

J'aurais aussi parlé de l'utilisation de certains morceaux pour des génériques de film ou pubs. (Kubrick, etc) Pour illustrer que le classique a été, est, et restera toujours d'actualité.

Je crois aussi que parler du classique en ces termes, c'est beau et tu as assez de morceaux comme ça pour illustrer ton cours. C'est déjà pas mal.
Il faudrait garder ce post, il y a beaucoup de trucs interréssants.

Attention, il y a surement des p'tits vieux qui écoutent Rieu et qui en connaissent un rayon en musique. Enfin, quand je dis vieux, je devrais dire p'tites vieilles..................

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Ven 3 Fév 2006 - 8:52

en fait, si je comprend bien, la musique de Debussy serait trop élitiste et trop inaccessible car difficile à chanter (en fait, on arrive à chantonner pas mal de trucs, surtout que Debussy a écrit énormément de mélodies pour piano et voix, par exemple La 1ère "chanson de Bilitis" se chante assez bien si on l'a réécoute plusieurs fois)

parce que si Debussy est inaccessible, que dire de la musique d'un Webern, d'un Boulez ? sans parler du jazz des années 60, à part l'énergique "My favorite things", Coltrane en tant que compositeur me donne bien plus de difficultés de compréhension que Debussy personnellement Debussy, j'arrive à cerner son langage (modalité, ondulations, gammes exotiques, nuances en flux et reflux) tandis qu'avec Coltrane je suis totalement perdu (c'est aussi balèze que la symphonie de Webern pour moi)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Ven 3 Fév 2006 - 12:33

L’élitisme n’est pas vraiment le souci dans cette histoire, en plus cette notion est toute relative… mais tu vois mon soucis c’était plus de montrer qu’on est moins hermétique au classique qu’on veut bien généralement le penser lorsqu’on y connaît rien. Que ce n’est pas LA GRANDE MUSIQUE mais de la musique… pour Debussy je reste un peu sur mes positions mais encore une fois je te comprends bien, pourquoi pas Debussy et pourquoi Bach… ?? Question d’ambiance… d’imaginaire….je cherchais des semis découvertes, des airs qui font sourire, des ah ouaiii je connais ça…si non tu vois j’aurais pu mettre aussi Kurt Weill, il y a de quoi faire, c’est pas élitiste et carrément chantable…pour ce qui est de Boulez ou Webern d’accord avec toi pour la dernière période de Coltrane… ardue.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Mar 14 Mar 2006 - 15:49

[quote:6bec="jerenico 34"]Hum, et l'Adagio en sol mineur pour cordes et orgue de Tomaso Albinoni. Il a p'têt compté un peu dans la musique classique.:roll:[/quote]


Ca n'existe pas L'adagio d'Albinoni jusqu'à preuve du contraire est un arrangement du XXème Siècle d'un certain Remo Giazotto, André Rieu n'ayant rien inventé


Pour mémoire, voir le film d'Orson Welles: le Procès ( d'après Kafka bien sur ) et l'utilisation de cet adagio dans le début du film.... Un petit bonheur

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Invité le Mar 14 Mar 2006 - 18:36

Alors là, comment qu'il m'a cassééé.

Je file regarder ça sur le net, m'informer. Je suis un peu, beaucoup, sur le cul. Pardonnez moi l'expréssion.

J'ai trouvé ceci : "Cela dit, l'adagio d'Albinoni a réellement été composé en 1945 par un musicologue italien spécialiste d'Albinoni, à partir de fragments de Sonates retrouvés dans les ruines de la cathédrale de Dresde." allez vérifier...

- "il s'agit d'une œuvre reconstituée en 1945 par Remo Giazotto, à partir d'un fragment de mouvement de sonate à trois. "

- "a été utilisé par la série de Science Fiction « Cosmos 1999 » pour un de ses épisodes de la première saison de la série, « Le domaine du Dragon ». "

Le Chet avait bien raison. [size=9]Mais comment sait-il tout ça ??[/size]

Chet : "[i]Ca n'existe pas L'adagio d'Albinoni jusqu'à preuve du contraire est un arrangement du XXème Siècle d'un certain Remo Giazotto, [u]André Rieu [/u]n'ayant rien inventé :DD[/i]"
Allez voir le nom de l'éditeur, [url=http://www.note4piano.com/catalog.php?action=showitem&ve=scores&numart=DELR0312]ici[/url]

Sortez les mouchoirs : [url=http://perso.wanadoo.fr/garry.holding/music/midi/albinoni/adagio.mid]extrait[/url]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: classique pour débutant

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum